Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 22:40

L’aile gauche du parti, qui a obtenu 28 % des voix aux élections internes, ne sera finalement pas représentée au secrétariat national.

Le nouveau patron du PS a présenté, samedi, son équipe dirigeante : paritaire et « renouvelée », défend Harlem Désir, « en ordre de marche » pour « porter le message » de François Hollande. Mais, parmi les 56 secrétaires nationaux désignés à sa discrétion, manquent les partisans de l’aile gauche d’Emmanuel Maurel, dont la motion avait réuni 28 % des votants, alors qu’Harlem Désir avait annoncé, dès son élection, le 18 octobre, vouloir faire « le rassemblement ». À la tribune du conseil national, Emmanuel Maurel le regretta sans insister : « Les Français n’en seront pas traumatisés. » L’explication est donnée par l’un des porte-parole du courant, le député Jérôme Guedj : « Harlem Désir voulait que les membres de la direction nationale soient dans le soutien “absolu” au gouvernement. Nous avons alors déclaré ne pas pouvoir lui garantir cette position. Sans mettre en difficulté le président de la République, on peut avoir le droit de s’étonner, de questionner et, idéalement, de s’amender », estime-t-il. L’aile gauche du parti a surtout senti une « inflexion de ligne » de la direction depuis le congrès de Toulouse, avec la présentation par François Hollande du pacte de compétitivité  et la tonalité de la conférence de presse du président de la République, mardi. « Je ne suis pas sûr, a ironisé Emmanuel Maurel, que les congressistes trouveraient opportun d’augmenter la fiscalité indirecte et de diminuer les fonds publics, ou de baisser généreusement les impôts des entreprises. »

La conjoncture à venir aurait donc eu raison des velléités de rassemblement des sensibilités, annoncé par Harlem Désir. Lequel a étendu la doctrine unanimiste aux écologistes qui étaient, samedi, en Loire-Atlantique, et aux sénateurs communistes priés de voter les textes des tarifs de l’énergie et du budget de la Sécurité sociale. Envolée, enfin, l’idée d’un comité de liaison avec les autres partis de gauche.

Lionel Venturini

Partager cet article
Repost0

commentaires