Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 16:39

Eva-Joly-copie-3.jpg

  le 14 Mai 2013

En un clic, Eva Joly tranche et dézingue
Dans un courriel à Europe Ecologie-les Verts, Eva Joly se voit comme « le punching-ball de sa propre famille », dresse un portrait de son parti et revient sur sa présence le 5 mai.

«Ce texte n’est pas une justification. Pas même une mise au point. » Eva Joly, dans son courriel interne à Europe Ecologie-les Verts (EELV), semble faire l’exact contraire. Ce coup de gueule, envoyé ce week-end, évoque sa campagne de 2012, sa place dans son parti mais aussi sa participation contestée au rassemblement pour une VIe République, le 5 mai.

« Je note au passage la grande sollicitude de ceux qui s’inquiètent hypocritement sur le mode : Eva va se faire bouffer par Mélenchon. Qu’ils disent les choses plus clairement : Eva est nulle est le fond de leur pensée. » Et d’ajouter : « Mélenchon a parlé de coup de balai, choquant les oreilles sensibles ? La belle affaire ! La vérité, c’est qu’il est en deçà de la réalité : un Karcher ne suffirait pas à décrasser le système actuel. »

La députée européenne s’inquiète par ailleurs de « certains » qui auraient déjà décidé de lui « faire payer » cette présence en l’écartant des européennes si elle décidait de se représenter. La candidate de 2012 dément au passage vouloir intégrer les rangs du Front de gauche. « EELV ? J’y suis, j’y reste »... avec toutefois une observation : le parti serait « comme en panne d’inspiration, comme si le souffle et l’esprit de renouveau des débuts avaient disparu ». Eva Joly dit refuser que le « mouvement se normalise et se dissolve dans la participation gouvernementale », avant de préciser qu’il se devait de « soutenir sans réserve » les deux ministres Verts en fonction.

Quant à sa tentative élyséenne, elle reconnaît un « échec » : « Mon impréparation, mon inexpérience, (...) ma naïveté, ma faible connaissance du jeu médiatique ont incontestablement pesé lourd. » Facteurs qui n’en faisaient peut-être pas, avoue-t-elle, « la meilleure candidate ».

Audrey Loussouarn

Partager cet article
Repost0

commentaires