Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 19:39

Conference-de-presse-du-16-mai-2013-FR.-H-copie-1.jpg    

Hollande : "Aveuglement ou obstination ?"

(Pierre Laurent)

 

Alors que la France est en récession, que le pays traverse une crise toujours plus violente avec des conséquences dramatiques pour les Français, le Président refuse une nouvelle fois de voir la réalité en face. Il n'annonce rien, pire, il persiste et signe.


Privatisation, partenariat public privé, baisse de la dépense publique, imposition sur la plus-value mobilière, allongement de la durée de cotisation... voici les seuls horizons qu'a tracé François Hollande. Les Français qui connaissent le chômage et qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts peuvent se faire du soucis.


L'offensive européenne annoncée par le Président reste dans les rails des politiques d'austérité voulues par Angela Merkel et la commission européenne.


Après plus de deux heures de conférence de presse, il faut se demander si le Président de la République fait preuve d'aveuglement ou d'obstination. Si c'est de l'aveuglement, l'heure est à la prise de conscience et au changement de cap. Si c'est de l'obstination, c'est une erreur politique lourde - car ne permettant pas le redressement du pays.


Puisque le Président de République s'est dit prêt à examiner les bonnes propositions d'où qu'elles viennent, le Front de gauche tient les siennes à sa disposition. Elles seront présentées lors des assises citoyennes du 16 juin prochain.

 

Il y a actuellement 1 réaction

  • On n’attendait pas grand chose de ce discours mais le résultat est affligeant. Les 4 axes de politique économique annoncés sont de philosophie totalement libérale. Dans sa course de complaisance vis à vis du Medef, Il en est à se vanter d’être meilleur que ne l’a été N. Sarkozy pour ce qui est de la baisse des dépenses publiques et de la casse du droit du travail.

    "Le mensonge déshonore la République" dit F. Hollande sauf visiblement lorsque c’est lui qui le tient. Le voilà dénonçant les politiques d’austérité qui conduiraient à la récession au moment même où la France y est officiellement entrée du fait même de ce type de politique. Il vante la loi de séparation des banques de dépôt et d’affaires qui n’a rien séparé du tout. Il nie la soumission aux exigences de Bruxelles en contrepartie du report de 2 ans pour ce qui est de la diminution à 3% du déficit public alors que tout son discours l’illustre.

    Malgré son échec, il persiste dans sa politique libérale. Il va maintenant brader les entreprises publiques et veut jeter encore plus notre pays dans les bras de la finance y compris internationale. Il se plie à l’exigence du gouvernement Merkel quant à un gouvernement de la zone euro sans même remettre en cause l’orientation de ces politiques ultra-libérales. C’est la suite du Traité Merkozy en pire.

    Les Français auront compris en l’écoutant que ce qui est proposé c’est la continuité dans le changement : encore des avantages fiscaux pour les entreprises et toujours plus de réductions de droits pour les travailleurs à commencer par les retraites.

    Le 5 mai dans la rue, 180 000 personnes ont dit leur refus de ces orientations. Les semaines à venir, à commencer par les répliques régionales des 1er et 2 juin, permettront à toutes celles et ceux qui refusent cette politique de plus en plus libérale de le dire haut et fort.

    Par langoureau, le 16 mai 2013 à 17:43

Partager cet article
Repost0

commentaires