Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un programme de résistance, d'avenir et d'espoir

2011 12 programme frontdegaucheContre

L'assujettissement du politque aux puissances de l'argent,

Pour

Une économie au service de l'humain !

  L'intégralité du programme : http://www.pcf.fr/18541

13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 22:32

Rassemblés à gauche contre l'austérité

EUGÉNIE BARBEZAT
SAMEDI, 12 AVRIL, 2014
Dès 13h, les drapeaux rouges ont envahi la place de la République, à Paris où la statue est affublée d’une banderole portant l’inscription « Hollande ça suffit ! ». D'énormes ballons portant les logos de différentes organisations syndicales flottent dans le ciel en signe de ralliement pour les salariés en lutte. De nombreuses personnalités du monde associatif, des universitaires, des artistes se sont également donné rendez-vous pour marcher ensemble contre l’austérité.

«Quand on est de gauche, on taxe la finance», «Quand on est de gauche, on est du côté des salariés», ou encore «Quand on est de gauche, en Europe c’est l’humain d’abord» peut-on lire sur les différentes banderoles tandis qu’un homme portant le masque de Guy Fawkes (Anonymous) tient à bout de bras un carton portant l’inscription « Envoyons Vallser l’austérité »

Dès 14h, en tête du cortège, face à Pierre Laurent  et Jean Luc Mélenchon qui encadrent leur invité d’honneur Alexis Tsipras, le candidat de la gauche européenne à la présidence de la Commission européenne, une nuée de micros et de caméras se pressent. « Il y a même Besancenot, dis donc ça fait bien longtemps que l’on ne l’a pas interviewé dans une manif ! », lâche une consœur de l’AFP. Plus étonnant encore que la présence du porte-parole du NPA qui avait appelé à manifester ainsi qu’un collectif d’associations et plusieurs fédérations syndicales, celle de Liêm Hoang Ngoc, membre du Bureau national du PS. Cet économiste qui s’affiche en tête de la marche confirme le « grand trouble dans l’aile gauche du PS », suite à la nomination de Manuel Valls.

C’est en rangs serrés que le cortège s’est ébranlé en direction de la place de la nation. Place Léon Blum, C’est la statue de l’homme d’état qui est mise à contribution avec une pancarte portant ces mots : « Ils sont fous. Même moi, je n’aurais pas voté Valls »

Malgré l’ambiance joyeuse, les visages étaient graves et une certaine ferveur était palpable parmi les manifestants, conscients de l’enjeu de cette mobilisation. « L’heure est grave, on ne peut plus rester sans réagir, me confie une jeune femme. Je ne suis adhérente à aucun parti politique, mais là, il faut qu’ils comprennent que ça suffit ! On a voté pour chasser Sarkozy du pouvoir, ce n’est pas pour avoir la même politique. Il faut un virage à gauche, Hollande le doit à ceux qui l’ont élu. »

Après l’électrochoc des municipales, qui a vu la débâcle du parti socialiste, les forces de gauches sont dans la rue pour récuser le tournant social-démocrate du chef de l’Etat, symbolisé par son Pacte de responsabilité et lui signifier que la nomination de Manuel Valls est un mauvais signal !

Cette marche «contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses»  est donc un grand succès. Plus de 100 000 personnes sont dans la rue annonce Jean-Luc Mélenchon sur twitter. On attend les chiffres de la police….

Mais au-delà des batailles de chiffres à prévoir, le vent d’espoir qui souffle cet après-midi entre République et nation est palpable. Gageons qu’il se traduira dans les urnes le 25 mai prochain lors des élections européennes !

POLITIQUE - Environ 100.000 personnes, selon les organisateurs, ont défilé dans les rues de Paris pour dénoncer la politique menée par François Hollande…

Ils veulent un rand coup de bar à gauche et l’ont fait savoir. Entre 25.000 personnes, selon la police, 100.000 selon les organisateurs, ont défilé ce samedi après-midi dans les rues de Paris à l’appel notamment des partis membres du Front de gauche (PCF, PG) pour réclamer un changement de politique à François Hollande.

«Hollande ça suffit», proclamait une banderole recouvrant la statue de la place de la République, point de départ de cette nouvelle marche «contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses». Au milieu de la foule, sous le ciel bleu, un manifestant masqué brandissait une pancarte «Envoyons Vallser l’austérité».

Inquiétudes autour du pacte de responsabilité

«Hollande se fout complètement de nous, il ne fait que des réformes de droite. On veut lui montrer que la vraie gauche existe encore», témoignent Eric et Marie-Christine, couple d’employés de Saint-Quentin (Aisne) venus avec leur fille Natacha, professeur, un bonnet phrygien sur la tête.

» Notre éclairage: L’amorce d’une opposition de gauche au gouvernement?

«Le mot social n’est nulle part dans ce gouvernement», déplore Zohra, une conseillère sociale venue de Clermont-Ferrand, plus que dubitative «sur l’impact sur l’emploi des milliards d’euros donnés au patronat par le pacte de responsabilité». Comme de nombreux manifestants, elle craint l’impact des 50 milliards d’économies annoncées, notamment «sur l’hôpital».

Le Grec Tsipras en vedette

En tête de cortège, les leaders du Front de gauche, Pierre Laurent (PCF) et Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), entourent leur invité d’honneur, le Grec Alexis Tsipras leader du Syriza, principal parti d’opposition grec.

Outre le FG, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), de nombreuses associations et plusieurs fédérations syndicales ont participé au cortège entre République et Nation. «C’est vraiment un front du peuple qui se constitue», a jugé Jean-Luc Mélenchon.

«On a vu la claque que la gauche a prise aux élections municipales. Donc est-ce que la seule alternative c’est entre l’abstention et le vote à droite? Ou est-ce qu’on se dit:» On va recréer de l’espoir et une alternative à gauche, c’est ça le sujet!»», a renchéri la députée communiste Marie-George Buffet.

Un membre du Bureau national du PS présent

Ni EELV ni l’aile gauche du Parti socialiste ne se sont associés à cette marche, mais un membre du Bureau national du PS, l’économiste Liêm Hoang Ngoc, était visible dans les premiers rangs.

«Hollande s’est trompé de Premier ministre et nous impose un virage qui n’a pas été discuté. Il y a un grand trouble dans l’aile gauche du PS, il nous faut un congrès extraordinaire du parti. Beaucoup de parlementaires ont voté la confiance à Manuel Valls uniquement pour éviter la crise de régime», a assuré cet eurodéputé sortant.

Quelques dizaines de drapeaux écologistes étaient également visibles. «Le parti n’a peut-être pas appelé à manifester, mais les parlementaires qui ont voté la confiance au gouvernement n’ont pas suivi non plus le parti qui leur avait demandé de s’abstenir», a répondu Véronique Dubarry, adjointe au maire à l’Ile-Saint-Denis.

D’autres rassemblements ont également eu lieu en province. A Marseille, quelque 1.600 personnes ont défilé selon la préfecture de police.

 J.C. avec AFP (publié par 20 minutes)

Partager cet article

Repost 0
Published by Nadia Peter - dans Politique nationale
commenter cet article

commentaires